Charlotte Chesnais, des bijoux en apesanteur

Image de mise en Avant Charlotte Chesnais

Les créations de Charlotte Chesnais rappellent les herbes folles de l’île d’Hashima au Japon. En vermeil et en argent rhodié, ses créations s’entourent autour du poignet, traversent les oreilles ou relient les phalanges. Si souple et si fluide qu’on les croirait en mouvement.

Sa passion pour les bijoux, Charlotte la tient de ses années chez Balenciaga alors sous la direction artistique de Nicolas Ghesquiere, rigoureux et visionnaire. Alors diplômé du studio Berçot, elle y façonne son goût pour la recherche de l’expérimentation des volumes, et de l’association des matières.

Charlotte Chesnais Image 2

Un processus créatif qui s’inscrit dans le temps, Charlotte Chesnais.

Son travail questionne le quoi et le comment. Ou en d’autres termes la matière et la manière. Charlotte Chesnais aime tordre le métal, le sculpter pour lui donner des formes abstraites et artistiques. De plus, elle aime faire fondre le métal et le façonner comme le ferait un sculpteur. Ce processus créatif met les volumes en avant: ici, le corps est au volume ce que le papier est au dessin. C’est la recherche de la forme et de son usage qui permettent à Charlotte de faire des créations qui défieraient presque l’apesanteur.

Les lignes sont élégantes et pures. Les pièces sont sophistiquées et intemporelles. Elles s’imposent comme de nouveaux classiques.

Je n’aime pas l’idée d’un bijou qui se démode. Je continue de présenter encore aujourd’hui mes toutes premières créations.

Charlotte Chesnais

Très vite Charlotte cesse de présenter sans conviction des pièces uniquement parce qu’on lui les demandait, la plupart du temps pour des raisons marketing. Elle est en quête d’intemporalité. Ainsi elle cherche à créer des bijoux qui pourront être encore portés dans cinq ou dix ans. 

Le savoir-faire, clé dans le travail de Charlotte Chesnais

Fabriqué en France dans les meilleurs ateliers était pour Charlotte Chesnais une évidence. L’excellence du savoir-faire répond à un degré d’exigence élevé. Il est essentiel à l’élaboration de ses collections.

Charlotte Chesnais Image 4

Je me sers de la matière comme de la pâte à modeler. Après, je me demande toujours comment on va faire pour que ça tienne, pour que le bijou ne tombe pas. Il faut que le bijou soit super confortable quel que soit le corps de la personne qui le porte.

Charlotte Chesnais

Que ce soit pour ses créations en vermeil ou en or, Charlotte Chesnais travaille en étroite collaboration avec un atelier de maquettes parisien. Ensemble ils travaillent comme un atelier de couture. Seuls les matériaux changent. Charlotte cherche les formes aux côtés des orfèvres. Ensuite, ils distordent, soudent, martèlent puis recommencent. Une pièce est réussie lorsqu’elle paraît à la fois intrigante et évidente. Au fil des saisons, la créatrice monte en gamme et se frotte à une joaillerie plus précieuse. Entouré d’artisans fantastiques aujourd’hui, Charlotte a dû convaincre. Le monde de la joaillerie est très fermé, mais elle est arrivée avec sa fraîcheur.

Charlotte Chesnais Image 5

Ce que je leur demandais était si différent que cela les a intrigués. Mon orfèvre, qui travaille pour de grandes maisons, trouve mes pièces drôles, et ça lui fait une récréation.

Charlotte Chesnais

Charlotte Chesnais, des prix accessibles autant que possible

Dès le départ, Charlotte souhaite garder des prix raisonnables. D’abord parce qu’elle ne se voyait pas sortir de nulle part avec des prix élitistes. Mais aussi et surtout parce qu’il est important d’avoir la notion de la valeur perçue des pièces qu’elle fait. Lorsqu’elle démarre, Charlotte souhaite faire des bijoux tout en or, explique-t-elle. Mais les prix étaient tels qu’elle préfère opter pour le vermeil, une matière noble beaucoup moins chère. La collection de 

Charlotte Chesnais Image 4

Charlotte se compose de deux lignes. L’une en vermeil et argent, ainsi que de l’argent massif avec une couche d’or 18 carats. Les pièces sont vendues entre 200 et 1 500 euros. Puis il y a trois ans elle  lançait des bijoux en or et en diamant, dont les prix s’élèvent entre 1 000 et 5 000 euros. 

Découvrez plus d’articles