Nash Prints It, design épuré aux couleurs de l’Afrique

Entre wax et minimalisme, Nash Prints It

Nash Prints It est une marque de prêt-à-porter proposant des coupes classiques qui côtoient les couleurs prononcées et le graphisme des imprimés wax. Soigneusement choisis par Shade, la créatrice, ils sont transformés au Bénin selon les dessins imaginés à Paris, ou elle vit. Son univers est un héritage familial, et l’histoire d’un métissage devenu produit.

Nash Prints It - Photo 1
© Jerome Jack

Le wax, c’est ce tissu de coton imprimé grâce à une technique utilisant de la cire, wax en anglais. Il est reconnaissable par ses motifs colorés, géométriques ou figuratifs. Le wax a été développé à partir du batik, étoffe javanaise traditionnellement teinte à la main. Au 18e siècle le wax a voyagé des Indes néerlandaises au Ghana, via des tirailleurs employés par la Hollande, dont Java était une colonie.

Nash Prints It - Photo 2
© Jerome Jack

Shade en porte depuis toute petite. Sa mère styliste, qui est aujourd’hui son associée, lui cousait des jupes et robes en wax, tandis que sa grand-mère béninoise lui offrait des pagnes qu’elle portait en bomba (ensemble pagne noué sur les hanches et top large) au Benin. Adolescente, Shade les faisait coudre en s’inspirant de modèles trouvés dans des enseignes telles que Zara, pour les porter à Paris.

La créatrice a d’une part hérité de sa mère et de sa grand-mère danoise le goût des classiques bien coupés qui servent en toute occasion et ne se démodent jamais. D’autre part,  le wax a toujours fait partie de sa garde-robe. C’est donc tout naturellement que Nash Prints It allie wax, minimalisme et savoir-faire, pour qu’à travers ses vêtements ressortent toute la force du métissage.

Nash Prints It - Photo 3
© Jerome Jack

La marque s’adresse à toutes celles qui aiment les couleurs et les vêtements casual chic avec un truc en plus. Le style est affranchi et facile !

Valoriser le savoir-faire africain chez Nash Prints It

Le projet Nash Prints It est aussi un projet à dimension sociétale. Au travers de sa marque, Shade a voulu mettre la lumière sur le savoir-faire africain. Les produits sont fabriqués en petites séries dans un atelier employant une dizaine de couturiers(ères) au Bénin.

Nous cherchons à nouer des relations durables qui leur permettent d’élever de leurs niveaux de vie et leurs ambitions.

Shade, Créatrice de Nash Prints It

L’ambition est de rendre les artisans africains fiers et de leur donner envie de partager leur savoir-faire au monde, en améliorant leurs conditions de vie ainsi. Il s’agit de pérenniser des emplois dans ce domaine en formant et en payant dignement. D’avoir des employés sont heureux et impliqués. Des personnes qui peuvent se dire : « ces chemises, vendues partout, c’est nous qui les avons faites» !

Nash Prints It - Photo 4
© Jerome Jack

Les tissus des collections proviennent des marchés de Cotonou ou de Lomé. Malheureusement, il est difficile de garantir leur origine car en réalité la production de wax est limitée en Afrique.  Il existe néanmoins de magnifiques étoffes africaines que Nash Prints It prévoit d’incorporer dans ses futures collections : pagne tissé, bogolan, basin, meulfeu.

Du wax toute l’année

Avec Nash Print It Shade cherche aussi à faire rentrer les imprimés wax et bientôt les tissus africains dans les mœurs. En l’associant à un style classique mais aussi en créant des bombers et des sweats matelassés pour que l’on puisse porter du wax toute l’année.

Nash Prints It - Photo 5
© Jerome Jack

 Nash Prints It revient au printemps 2019

Ana kelly : Tu disais revenir au printemps prochain ?

Shade : J’ai fait une pause de deux ans, parce qu’après 4 ans à gérer Nash avec ma mère, je me suis sentie fatiguée. J’ai donc choisi de travailler dans une entreprise, aussi le temps de prendre du recul sur le projet. J’ai réfléchi, observé, et affiné mon projet durant cette pause. Pas à pas je l’améliore!

La collection printemps-été 2019 sera donc celle du retour, et il s’accompagnera d’une petite refonte de l’image. Nous lancerons un nouveau site et une campagne plus « arty ».

Ana kelly : Où voies-tu Nash Prints It dans les années à venir ?

Shade : Je ne sais pas du tout de quoi l’avenir sera fait. Dans un premier temps j’espère retrouver mes clients fidèles au printemps prochain, et en séduire de nouveaux!

Plus tard, j’aimerais pouvoir ouvrir mon propre atelier, travailler des tissus africains, faire des vêtements pour enfants et de la décoration.

En ouvrant une boutique, j’aimerais créer un endroit où les clients passent pour trouver un objet, un vêtement ou s’enrichir et s’ouvrir. Et bien sûr je souhaite développer mon activité afin de contribuer à la mode africaine en multipliant les collaborations avec des tailleurs et artisans locaux. A terme, pourquoi pas ouvrir une école de mode.