Ce tricot me porte chance, pull luxe à prix doux

Parce que l’hiver approchant on pense déjà à se prélasser dans de jolis pulls cocooning sans perdre une miette de notre style, on est allé dénicher ce pull qui vous donne bonne mine tout l’hiver : « J’ai bonne mine » signé « ce tricot me porte chance », tout juste né de la collaboration de  Sonia Rehder – qui a travaillé pour des marques aux ADN variés comme IKKS Woman ou Roland Garros – et Ramon Guillen, fabricant de tricots à Roanne en France, un vrai «bonnetier»,  passionné de son métier.

Ramon, bonnetier passionné

Le métier de bonnetier  compte aujourd’hui peu d’homme de la trempe de Ramon. Il suffit de le voir inspecter les pulls qui sortent de ses ateliers pour s’en rendre compte. Rien n’échappe à l’œil expert de Ramon, affûté par plus de vingt années dans la maille. Il est fier d’être parmi les derniers roannais à proposer du made in France. Ce métier a quasiment disparu au point que Lacoste a lancé sa propre école de formation, la Lacoste manufacturing academy, dans l’Est de la France afin de former et recruter 60 personnes d’ici 2019. Ramon travaille avec les meilleures filatures italiennes telles que la laine mérinos, l’alpaga, le coton peigné ou encore le pima. Parmi ses clients : Iro, Ami, Balibaris, Arpenteur, Arpin, Bleu de Paname…

Pull luxe à prix doux

Les pulls de Sonia et Ramon, c’est l’envie d’offrir un produit de haute qualité, chic et fantaisiste, au prix juste.

« Il nous est venu l’idée d’un pull porte-bonheur avec un bracelet amulette accroché qui porterait chance à celui qui le porte. Un peu de fraîcheur et de magie pour égayer la vie » Sonia.

Mettre un pull c’est se lover dans un cocon où on se sent bien entre douceur et chaleur. Le pull dure au fil des années qui passent. Pour cela, les deux passionnés utilisent des matières de grande qualité comme des fils 100% laine vierge ou un magnifique kid mohair italien léger comme un nuage. Parce que tout le monde devrait avoir le droit d’être bien dans son pull, Sonia propose des prix tout doux, en vendant en direct et sans intermédiaires via son site mais aussi en acceptant des marges faibles.

Des valeurs mais pas de chichi

Entre production pensée pour la planète, maille de qualité et respect du savoir-faire, on pourrait dire qu’une fois de plus un jeune pouce souhaite surfer sur le créneau des marques responsables. Pourtant quand on parle avec Sonia et Ramon on aborde peu le sujet. Sur le e-shop, pas grand-chose dessus non plus. Alors lorsque l’on a demandé pourquoi on a compris que pour eux c’était normal, cela devrait être la norme. Inutile d’en parler des heures.

On préfère parler de bien-être et de féminité. Rêver de quoi demain sera fait ou philosopher « Faut-il vraiment souffrir pour être belle »? Définitivement non. Celles qui ont déjà craqué vous le diront mieux que personne.

Inspiré par l’art est la littérature

Cette première collection met en avant trois pièces inspirées par l’art et la littérature. La couleur du « pull mohair » est inspirée de « l’impression soleil levant ». Comme dans le tableau de Claude Monet, le rouge chaud et lumineux du pull « j’ai bonne mine » brise la grisaille hivernale. Les deux autres pièces arborent  le titre du livre « je vais bien, ne t’en fais pas » d’Olivier Adam.

Pull en toute simplicité

Ce qu’on aime par-dessus tout, c’est que les pulls sont à l’image de sa créatrice : simple et authentique. On l’enfile spontanément parce qu’il est doux et nous rend belle. On peut le porter un soir avec le décolleté dos glamour pour une flânerie élégante. Bref, on ne se passe plus de ce tricot qui nous porte chance.

Publicités