Cécile Boccara, créateur nature, créateur haute couture

Du bout des doigts, des mains et des bras, toutes les créations de Cécile Boccara sont confectionnées dans son atelier de couture à Paris. La fabrication est artisanale, des pièces uniques ou des petites séries. Un travail à l’aiguille, des gestes simples, des matériaux de belles qualité, sélectionnés avec soin : mousselines et dentelle de soie, perles d’eau douce et jolies pierres. Bougainvilliers, Colibris, libellules, sable chaud, coraux… Objets du tour du monde, divers et variés. Glanés aux puces de Clignancourt et ailleurs… aux ventes aux enchères. Teindre les soies au thé, exagérer les volumes, vieillir et moucheter fils d’or et rubans… transformer la matière. L’imaginaire au travail, libre, léger. Une libellule en raphia colorée est à l’origine d’une collaboration avec le couturier Christian Lacroix… rencontre.

Peux-tu me parler de ton parcours, et ce qui t’as conduit à exercer ton métier d’aujourd’hui ?

J’ai commencé par une formation à l’académie Charpentier qui prépare aux écoles d’arts. Puis j’ai fait la chambre syndicale de la couture parisienne où j’ai appris les techniques de la haute couture : les petits points, les cols roulottés, l’histoire du costume, la couleur, les tissus, des techniques manuelles, fines et légères.

Je n’ai jamais eu cette volonté précise et claire de faire des bijoux. J’ai commencé par travailler le vêtement, la coupe… Puis l’attrait du tissu, des plissés, de la couleur, m’a conduit peu à peu vers l’accessoire : j’ai commencé à réaliser des broches fleurs en tissu et perles de soie.

C’est plutôt une recherche de formes, le plaisir de concevoir et réaliser des pièces, des petits objets en volume et surtout le travail de la matière qui m’ont conduit à monter ces petites réalisations sur boucles d’oreilles, en broches, ou en colliers.  Des pièces cousues, plissées, roulottées, présentées pour la première fois à la maison Christian Lacroix en 1997.  S’engage alors une participation aux défilés haute couture qui durera dix riches années. D’autres rencontres suivront : Valentino, Roger Vivier, Kenzo, Givenchy.

Il y a dans ton travail un rapport fort avec la nature.

Oui, il y a presque toujours un rapport à la nature : les proportions, les volumes à la manière d’un monde végétal léger et coloré. Une inspiration toujours renouvelée comme la nature se renouvelle au fil des saisons. Les feuilles, les fleurs, les oiseaux, les insectes, les coraux.

En plus de la nature, je m’inspire beaucoup de l’époque baroque et de la haute couture. Riche, précieux, des mélanges et associations de matières et matériaux, qui rappellent les ambiances des cabinets de curiosités. J’aime quand mes bijoux rappellent aussi la lumière, les couleurs et les matières du Maroc de mon enfance, les artisans de Marrakech, la famille artiste.

Quels matériaux travailles-tu ?

La soie, les cristaux, les perles de nacre, les pierres, le métal.

Ce que tu préfères de ton métier de créatrice ?

L’Atelier

Ce que tu aimes moins ?

L’administratif, encore que… cela me permet de rester les pieds sur terre.

Parmi toutes les pièces que tu as créées, laquelle a été la plus difficile à réaliser ? 

Une coiffe pour un défilé Christian Lacroix lors du dernier passage de « la mariée » que le couturier voulait toujours plus riche, plus haute, plus…

Peux-tu nous raconter le processus de création de cette pièce ?

Comme le plus souvent avec les pièces réalisées pour la Haute Couture, des ambiances, des moodboards du thème de la collection nous sont fournis.

Nous commençons par proposer des petits échantillons, puis la pièce se monte au fur et à mesure, dans l’urgence, toujours, et avec la collaboration souvent d’autres intervenants qui vont travailler sur d’autres techniques et enrichir la pièce finale.

… Nous en dire plus sur les techniques et les matériaux utilisés ?

Beaucoup de brillance sur cette coiffe, avec des cristaux patinés de la maison Swarovski. Des estampes en laiton dorées travaillées, des perles baroques, de la dentelle avec petites armatures, des pétales en organza de soie ivoire.

Vous trouverez les bijoux Cécile Boccara dans la boutique, 8 passages du Grand Cerf à Paris et dans de nombreux points de vente en France et à l’étranger.

Publicités