IKA reviste le carré de soie dans une collection haute en couleur

Chic, responsable et fabriqué en France, Ika, fait partie de ces jeunes marques qu’Ana Kelly magazine adore. Inspirés des motifs et des couleurs de la  méditerranée la collection Gioia est aussi touchante et douce que surprenante. Ika revisite le carré de soie avec une ligne syncrétique et ensoleillé.

Lola Pacchioni, la fondatrice, est particulièrement attachée à la fabrication locale et à la démarche éco-responsable.

Quel est le concept d’Ika ?

Ika, c’est un exercice créatif et mode autour de la soie naturelle : mouvante, fluide, douce. Elle ouvre à une infinité de possibilités dans ses déclinaisons de tissage et de combinaisons avec d’autres textiles. 

Le produit héros d’Ika est le carré de soie. En très grand format, il a été créé pour s’y enrouler de milles façons différentes.

Comment Ika est née?

D’une envie de créer qui me démangeait, d’une impulsion soudaine comme un plongeon dans l’inconnu, et plus précisément d’un voyage en Espagne. J’en suis revenue avec l’idée d’Ika en tête et la passion de la soie.

Qui est la femme Ika?

La femme Ika est rieuse, sexy, irrévérencieuse et libre.

Délicieusement unique, elle a une personnalité à multiple facettes jonglant d’un rôle à l’autre. Elle embrasse la pluralité de son caractère. J’ai créé un accessoire aussi mouvant et adaptable que la femme Ika : le carré grand format qui s’adapte à tous les jeux, toutes les situations. 

Après la gastronomie et le cinéma qu’est-ce qui t’as attiré dans la mode?

La gastronomie, le ciné, la mode… C’est fou comme ces milieux se ressemblent !

On retrouve dans chacun d’eux un subtil jeu entre couleur, matière et texture. Chacun procure une expérience sans pareille, que ce soit de dévorer un plat, se plonger dans un film ou s’habiller d’une nouvelle étoffe. Manger, se cultiver ou se parer met à feu nos sens et nos émotions. La mode a donc été pour moi une évidence dans la continuité de mes expériences précédentes.

Comment tes expériences précédentes influencent ton travail de créatrice?

Étrangement, elles influencent peu ma créativité.  En revanche ces expériences m’aident énormément sur les aspects entrepreneuriaux de la création de marque. J’ai appris durant ces années la rigueur et la ténacité. J’ai pu me former en logistique, en finance. J’y ai appris les règles et l’importance du networking, de la collaboration et de l’ouverture d’esprit.  

Que trouve-t-on sur ton moodboard?

En ce moment ? Des femmes qui rient. Des fruits, des jeux de lumière, toutes sortes de pain… Mon moodboard actuel est assez éclectique. On y trouve aussi des photographies colorées & estivales de Slim Aarons ou encore des modules délicats d’Alexander Calder. Des images très chargées qui contrastent avec des images de vide. Ces contrastes m’inspirent beaucoup.

Pourquoi cette envie de donner un nouveau souffle au carré ?

Un grand carré blanc c’est comme un canevas vide où on laisser libre court à son imagination. Le carré traditionnel est strict, il manque de pluralité. J’aime le moderniser, jouer avec ses codes et démocratiser son usage.

La soie provient d’Asie. Nos carrés sont fabriqués en France dans la région Lyonnaise. Les impressions sur soie sont faites par une usine au savoir-faire exceptionnel qui travaille aussi avec des grandes maisons de luxe françaises. Cette usine porte une attention particulière  à l’écologie.

Les carrés sont confectionnés à la main dans un atelier familial de la même région. Tous ces acteurs de la chaine de production ont été soigneusement sélectionnés pour leur savoir-faire et leur travail méticuleux.

Je suis fière qu’ils m’aient fait confiance et qu’ils m’accompagnent au quotidien dans l’aventure Ika.  

Quelles sont les prochaines étapes pour Ika?

Grandir ! Agrandir l’équipe, multiplier les collections, diversifier les modèles, devenir de plus en plus green.

Publicités