Miko Miko, la marque arty et musicale

Derrière ce nom, Miko Miko, se cache un univers. Cet univers c’est celui de Dyane de Serigny qui, après avoir créé AmishBoyish avec Nadège Winter, décide de se lancer en 2017. Un monde pop et arty, promesse de bonne humeur, mis en scène par Pierpaolo Ferrari, co-fondateur du magazine Toilet Paper.

Miko Miko photo 1

L’art et la musique au coeur des inspirations de Miko Miko

La griffe puise ses inspirations des diverses influences. Elles vont du Bauhaus au Swinging London ou de Sonia Delaunay à Jean-Paul Goude. Les influences de l’art moderne et la House Music sont aussi très présentes. 

Au delà de ces références artistiques, il y a de nombreux éléments qui rappellent l’Angleterre, où la créatrice a vécut pendant son enfance: motifs pied-de-poule, l’usage des draps de laine anglais, les couleurs des uniformes d’écoliers. 

Miko Miko photo 2

La marque propose des vêtements qui ne manque pas rappeler un côté garçon manqué avec des détails extrêmement féminins. Les pièces à manche sont au coeur des collections graphiques. Les lignes sont structurées. A chaque saison, nous créons un vestiaire d’une trentaine de modèles.

Miko Miko photo 3

Miko Miko, fabrication parisienne

Chez Miko Miko, une collection c’est d’abord une histoire autour d’une thématique. Cette thématique est déclinée par la créatrice en plusieurs moodboards avec des références à la mode et des inspirations graphiques.

L’expérience AmishBoyish m’a permise de rencontrer des artisans précieux, qui m’accompagnent tout au long du processus créatif.

Dyane de Serigny

Cet ensemble visuel inspiré notamment par l’art contemporain se traduira plus tard sur le vêtement au niveau de la coupe, des imprimés ou du volume. Les tissus proviennent d’Italie, d’Angleterre et du Japon. Chaque matière est attribuée à un modèle. La collection se construit ainsi, petit à petit.

Pour la créatrice, produire à Paris était une évidence, pratique avant tout. Travailler avec un atelier parisien permet de suivre le développement des collections.

Cela permet d’être fléxible et de créer une vraie relation avec chaque personne impliquée dans la collection. La marque peut ainsi se permettre de travailler quasiment à la commande lui épargnant une gestion de stocks souvent compliquée à gérer en tant que jeune créateur.

Miko Miko respire la joie de vivre, la bonne énergie, mais aussi l’esprit parisien avec sa touche British. La marque propose une garde-robe qui fait envie et ne laisse définitivement pas indifférente.

Découvrez plus d’articles