Gregory Chris, photographe Mode Lifestyle et Portrait

Gregory mise en avant

La photographie de mode a énormément évolué au fur et à mesure du siècle dernier. Dès 1911, le photographe Edward Steichen réalise les premières photographies de mode artistiques:  un véritable tournant dans l’histoire de la photographie. Depuis, de nombreux photographes ont utilisé la mode et le vêtement pour laisser parler leur créativité et façonner leur style, leur univers.

Dans les années 1970 et 1980, des photographes comme Bruce Weber ont inséré la sexualité masculine dans les images de mode. De nos jours, on remarque que les standards de beauté sont en train d’évoluer et qu’on assiste à l’émergence de campagne body positive où le naturel prime.

Gregory Chris est photographe de mode lifestyle et portrait. Il a travaillé pour Bruce Weber, Vincent Peters, Jean Paul Goude ou Karl Lagarfeld. Avec naturel et une sincérité touchante, Gregory nous parle de son parcours, son rapport à la photographie et de l’importance de la photographie pour une marque de mode.

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris
Comment est née ta passion pour la photographie?

C’est en voyageant enfant que j’ai découvert la photographie. J’adorais jouer avec l’appareil photo de mes parents ou encore leur caméscope. A cette époque je ne comprenais pas vraiment l’idée de la photographie mais je pouvais passer des heures à capturer des moments avec ces appareils fascinants.

Le déclic s’est produit alors que je refaisais ma deuxième première année de médecine. Un soir de manifestation étudiante à Nantes, je suis sorti avec un appareil photo jetable 400 ISO sans flash. J’ai pris un très grand plaisir à « couvrir » l’évènement, en cherchant des angles de prise de vue, en cadrant les charges de CRS ou bien les voitures et barricades en feu … Le lendemain, tout excité, je suis allé porter l’appareil à développer. Mais là déception il n’y avait rien sur le film!

Une photographie, c’est un fragment de temps qui ne reviendra pas

Martine Frank

Toutes les images étaient dans ma tête, j’étais mordu. Au même moment Surf Session Magazine écrivait un article de plusieurs pages sur la vie de Sylvain Cazenave, grand photographe français spécialisé dans les sports de glisse. Les spots de rêve, le soleil, la nature, la mer  … C’était décidé, j’abandonnais médecine pour devenir photographe!

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

Ce que j’aime dans mon métier, c’est aussi les rencontres humaines. Tous les acteurs indispensables pour créer une photo: les mannequins, les make up, les coiffeurs, les stylistes, les productions, les clients, les retoucheurs, les assistants photo.

C’est quoi la particularité de la photo de mode?

Une photo de mode ne se fait pas « tout seul » mais en équipe. Parfois avec des gens que l’on connaît très bien. Parfois avec d’autres que l’on rencontre le jour du shoot.

Dans la photographie de mode lifestyle, il y est aussi nécessaire de savoir s’adapter aux personnes, aux lieux et à l’environnement que l’on ne contrôle pas toujours, par exemple, la météo lors d’un shooting extérieur.

Il est important de savoir rebondir, même si nous ne sauvons pas des vies, bien sûr. Cependant, lorsque je suis sur un shoot, je ne suis pas seul. Il y a de l’argent investi par le client. Il faut donc tout faire pour avoir le résultat attendu.

Photographier c’est mettre dans la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur

Cartier Bresson
© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

La photographie de mode, c’était évident?

Après mon BTS photographie et plusieurs expériences je monte à Paris. J’y avais fait plusieurs stages en studio photo pendant mes études et je savais que c’était de cela dont j’avais envie.

C’est le début de l’assistanat dans différents studios de mode parisien. J’apprends, je découvre, j’explore cet univers passionnant et unique qu’est celui de la photo de mode.

C’est au côté de Jean-Bernard Thiele que je travaille le plus. Il m’apprend, au cours de nos voyages et shootings le métier de photographe.

Ma première commande en tant que photographe, c’est Décathlon qui me la soumet.  Je réalise alors une série de photos alliant sport et mode.

Depuis, j’ai travaillé pour des catalogues, des magazines comme Paris Match ou des agences de voyages spécialisées dans les sports de glisse. Je shoote également pour la presse féminine. Notamment le magazine Marie France avec qui j’ai réalisé une dizaine de couvertures et éditos dont le prochain shooting aura lieu le 13 février. Et bien sûr je travaille pour des marques de prêt à porter : Athena, Rica Lewis, Dormeuil.

Qu’est-ce que tu aimes dans la photographie?

La photographie est un art. Elle demande d’être exigeant, émotif et technique à la fois.  C’est un moyen d’expression et de communication incroyable.  Pensez à ce que votre regard porté sur une photo, même une simple seconde, et vous procure, ce qu’il en reste presque instantanément dans votre mémoire.

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

Quels sont vos photographes préférés ? 

PETER LINDBERGH : un maitre de la photographie que j’ai eu la chance d’assister à plusieurs reprises. J’ai même couvert l’un de ses shootings à Deauville avec Robin Wright! J’ai mes photos à côté des siennes dans le portfolio du client. En plus d’être un photographe immensément talentueux et reconnu à travers le monde, c’était une personne avec une énergie communicative incroyable. Ses photos sont intemporelles et d’une beauté simple de l’essence même de la personne photographiée.

Il y a aussi Helmut Newton un pionner de la photo de mode, les portraits de Richard Avedon, Irvin Penn, et puis Ellen Von Unwerth pour l’érotisme de son travail.  Martin Schoeller portraitiste incroyable.

Le monde de la photographie regorge de talents. J’ai une bibliothèque de livres de photos qui ne cesse de s’agrandir.

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

Comment organise-t-on un shooting mode? 

L’organisation d’un shooting peut varier Encore quelque chose qui me plaît dans mon métier. Il n’y a pas de règles établies.

Pour le prochain shooting que je vais réaliser pour Marie France, le magazine m’a booké il y a une dizaine de jours. Avec la production, la directrice artistique et la styliste, nous déterminons le lieu, en fonction du sujet le lieu, de l’intention de shoot, et du style qui va être porté.  On échange aussi sur le genre de mannequin qui correspondrait le mieux, avant de prévoir le casting.

De mon côté, j’annonce le shooting à mon assistante, et à ma retoucheuse en la prévenant qu’elle aura les photo traitées, la semaine suivante, pour qu’elle l’intègre dans son planning. Puis, je laisse infuser les idées. Je réfléchis à la lumière puis aux poses.

La production, de son côté sollicite différents lieux et contacte les agences de mannequins.

Une fois le lieu validé, la styliste nous présente le stylisme qu’elle aura récupéré dans les différents bureaux de presse. Ensemble nous validons les pièces qui rentreront dans la série photos à réaliser.

Puis vient l’heure du casting, et finalement des derniers peaufinages entre la styliste, le coiffeur et le maquilleur.   

Lors du shooting, les choses peuvent évoluer par rapport à notre idée de départ. Rien n’est figé, et c’est ensemble que nous créons.

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

Concrètement, pour faire un bon shooting quel matériel faut-il? 

Le matériel adapté au désir du rendu final. Il y a toujours eu, dans la photographie, un large choix de matériel. Et le champ des possibles est infini entre les prises de vue, le format, la lumière ou le réglage de l’appareil. 

Ce n’est pas vraiment le matériel qui va faire la photo. C’est le regard et les choix du photographe ainsi que le travail d’équipe. 

En quoi la photographie est importante pour une marque?

Aujourd’hui l’image est partout : dans la rue, les magazines, internet, les réseaux sociaux. 

La photographie est le moyen le plus efficace de parler de votre marque et de transmettre son ADN et ses valeurs.

© Gregory Chris photographe
© Gregory Chris

Si vous deviez donner un conseil à une jeune marque?

Le premier problème que va rencontrer une jeune marque pour réaliser ses photos, c’est le budget … et c’est la et c’est là que les représentants de la marque vont avoir tendance à chercher la gratuité. Cependant tout comme leur produit n’est pas gratuit,  le savoir-faire, le talent et le matériel du photographe ne le sont pas non plus. Il en est de même pour le ou la mannequin, le coiffeur, le maquilleur, et toutes les personnes qui travaillent pour mettre en avant la marque.

Ainsi, mon conseil est, dès l’idée de création, de penser à ajouter les frais de communication. Cela permet le jour où le produit est prêt a être photographié de réunir une équipe de professionnels qui saura vous faire avancer même si votre premier budget est limité.

Sans bonnes photos, il sera difficile de se montrer et d’être crédible auprès de sa cible ou encore de son banquier pour la suite de la collection …

Découvrez plus d’articles